Le BENIN
 

Conclusion :

le Bénin en N&B

Visite chez le grand plasticien et humaniste

Yves Apollinaire Pédè, exposé dans les musées.

PORTRAITS D’ENFANTS

PORTRAITS D’ADULTES

Découvrir l’Afrique noire était un rêve toujours repoussé depuis des années.

En 2018, après beaucoup de recherches en tout genre, notre choix se fixa sur le Bénin.


Au début, c’était pour des raisons artistiques : la statuaire du Bénin des XV ème et XVI ème siècles, vue dans les grands musées comme celui du Quai Branly, mais aussi à Londres ou à New York nous attirait. En plus, j’ai consacré un livre aux Arts Premiers et je souhaitais le compléter  en me rendant sur place.

Malheureusement, les guides touristiques commettent tous une première grossière erreur : Le Bénin «historique» n’est pas le Bénin politique !

En d’autres termes, le Bénin historique se situe au Nigéria dans une petite région autour de Benin City et du fleuve Bénin. C’est là qu’une cour brillante suscita des chefs d’œuvre, parmi les plus beaux et les plus anciens de tout l’art africain. Malheureusement, il n’en reste pratiquement plus rien. Les guerres successives ont tout détruit et les colonisateurs anglais ont emporté le reste au début du XX ème siècle.

Les plus belles pièces se trouvent à Londres, Berlin, Paris et New York.

 

Le village des Aguégués

Un enterrement traditionnel

Le village lacustre de Ganvié le soir

Ganvié le matin

Le marché d’Adjarra

L’Atelier de Yves A. Pédè



Ci-dessus, une statue Edo du début du XVI ème siècle. British Museum.



Le Bénin actuel n’a que peu à voir avec ce Bénin historique. La colonisation française l’appela Dahomey en référence à son histoire, à sa capitale Abomey et ses 12 (ou 14) rois depuis le XVII ème siècle.

Pendant la période marxiste-léniniste, de 1975 à 1990, le pays prit le nom de Bénin qu’il conserve depuis.

Les raisons de ce choix demeurent assez obscures : Désir de s’écarter du nom choisi par le colonisateur… De ne pas priviléguier l’ethnie des Fons alors qu’il en existe beaucoup d’autres… Envie de prendre le nom d’un royaume parmi les plus prestigieux en Afrique et qui en plus a exercé, via le royaume Oyo, sa suprématie pendant un temps sur certains territoires du Dahomey et dont enfin, quelques habitants actuels pourraient se réclamer…

Bref, le nom a été conservé depuis, mais l’histoire enseignée aux petits Béninois n’en fait guère mention. Nous n’avons guère obtenu de réponse à nos questions sur cette étonnante aventure. En particulier, aucune connaissance de l’art des Edos de Benin City…

 

Autrement dit, pas question de trouver trace de statues en bronze de cette glorieuse époque, ni même d’œuvres qui s’en seraient inspirées !




Ci-dessus, une carte anglaise de l’Empire Oyo, dressée en 1790. Il regroupa, pendant un temps le Bénin ancien et le Dahomey et aurait pu être pris comme nouveau nom lui aussi. Mais à notre connaissance, il n’a pas laissé de trace culturelle prestigieuse, d’où peut-être la préférence pour le Bénin ?.

Source : http://europavarietas.org

La distance enter Benin City et Abomey est d’environ 500 km…


En contrepartie, grâce à notre organisateur, Laurent Viart et Sadidi, il nous a été possible de nous constituer un programme sur mesure pendant presque deux semaines pour sillonner le pays du sud au nord et découvrir son architecture, ses paysages et les modes de vie de ses habitants.

Ce site dédié au Bénin présente d’abord une série de portraits pris au fil de nos découvertes.

Il veut montrer la richesse et l’accueil de ce petit pays de onze millions d'habitants.

Ensuite, il reprend l’ordre chronologique de notre périple, en allant du sud (Cotonou et Porto Novo) vers le nord (Natitingou et Tenguietta au bord du Parc de la Pendjari).

La conclusion est présentée sous la forme d’un reportage en une cinquantaine de clichés en Noir et Blanc


ATTENTION

Sur iPad et iPhone : Ne pas pendre le mode Diaporama (images trop petites) :

Faire défiler les photos une à une en tapant dessus pour avancer.

Pour les voir en qualité maximale (haute définition), il faut les télécharger (en haut à droite de la fenêtre).

 

La collection de Monique (Porto Novo)

Les villages de Glazoué et Sokponta (vers Dassa)

Ascension des collines de Dassa

Les Tatas Sombas du

nord du Bénin

Rencontre avec le

Roi des Natembas

Dans les rues de Tanguietta

Natitingou

Une piste coloniale…

Rencontre avec une première famille Peule

Et avec une seconde…

Une dégustation

d’alcool à Bopa

Le belvédère de Bopa

Le Lac Ahémé

Ouidah et la Porte du Non retour

La Fondation Zinsou de Ouidah

Porto Novo

Le Palais royal d’Abomey

Cotonou : la Route des pêcheurs

Au fil des routes…

Rencontre avec des Humanitaires

La carte du séjour au Bénin sur City Maps (2018)

Mon site photo préféré

RETOUR

SITE PHOTO