Nous avons découvert le plasticien Jean-Louis FIALON lors d’une exposition au château de Hautségur, à Meyras, en Ardèche.

Ses œuvres sont d’une force peu commune. Nous avons immédiatement été saisis par l’une d’entre elle, une sorte d’arbre de vie que nous avons acquis sur le champ.

Qualité du travail technique sur les métaux, précision, finition avec un polissage parfait, force de la composition, puissance des lignes et belles références symboliques sont les premières caractéristiques de son travail.

A peine installée à la place que nous avions imaginée, nous avons formé le projet de lui commander une autre œuvre pour commémorer le mariage de notre fille le 12 août 2017 à l’Espinas.


Jean-Louis Fialon a accepté notre commande et, après lui avoir donné quelques indications sommaires sur ce que nous souhaitions, il s’est mis au travail.

Invités à venir voir l’œuvre en cours, nous avons été subjugués par sa force et sa beauté, son équilibre et son dynamisme.

Il avait tout compris de notre attente et sans même le savoir, il avait fait un clin d’œil au passé de notre fille, quand elle pratiquait la danse classique.


Deux semains plus tard, il est venu nous la livrer et nous assister pour sa première mise en place.


Nous attendions depuis si longtemps ce moment que ce fut un enchantement qui se renouvelle tous les jours en la contemplant.


Si l’on voulait la caractériser, on pourrait dire qu’elle réunit du figuratif avec le couple de danseurs au centre de la composition et de l’abstraction qymbolique avec des lignes fortes et puissantes qui illustrent l’harmonie des danseurs et son ouverture au monde. Les courbes se croisent et s’éloignent, elles représentent des tensions et des pulsions inhérentes à une vie de couple comme à une vie sociale, mais celles ci sont heureusement équilibrées par une union remplie d’énergie vitale.

L’œuvre est assise sur un socle bien stable, bien ancré dans la réalité comme pour mieux s’élever toujours plus haut dans la quête du bonheur et du dépassement de soi.

En plus  de la force de sa composition, Jean-Louis Fialon assure à ses œuvres une finition parfaite. Les plats ou replats sont travaillés comme des tableaux avec des grands traits à la Debray ou Soulages.


S’il fallait classifier son travail, on pourrait le situer entre l’expressionisme abstrait et l’abstraction symbolique, mais son œuvre est en plein devenir, elle évoluera et se bonifiera encore.



L’exposition de 2018 au château de Hautségur.


Si vous voulez des informations sur Jean-Louis Fialon, merci de me contacter par courriel.




Matériel : Nikon D4, 1,4/50 mm et 1,4/105 mm.


Lecture sur iPad : ne prenez pas le mode diaporama (images trop petites). Préférez lui le mode Vue par vue.

 

Jean-Louis Fialon