Capture One Pro

 

Le successeur d’Aperture


Apple ayant décidé d’abandonner Aperture -avec tous les risque d’obsolescence afférents, j’ai cherché par quoi le remplacer à partir de 2015/2016.

Il ma fallait un soft capable de :

  1. -Bien développer les Raw

  2. -Permettre de la petite retouche genre poussières

  3. -Travailler la colorimétrie

  4. -Rattraper des originaux surex ou sousex

  5. -Cataloguer efficacement ma photothèque dépassant les 100 000 clichés pour 1,2 TO…

  6. -Transparence et praticité des copies de sauvegarde.

  7. -Inter plate formes : possibilité de passer d’un iMac à un MacBook air ou Pro sans souci.

  8. -Si possible, récupérer les albums, les mots clés et autres paramètres enregistrés depuis une dizaine d’années.


Capture One dans sa version 10 puis 11 a été la solution.

Je ne présente pas ici les concurrents les plus sérieux comme Lightroom ou DXO et je vous renvoie aux innombrables tests et discussions.


  1. -Développement des RAW hors pair. Certains disent le meilleur…

  2. -Corrections incroyables des zones surexposées. Un cliché «cramé» peut être récupéré.

  3. -Bonne gestion colorimétrique

  4. -Récupération des albums et mots clés Aperture

  5. - Catalogage efficace

  6. -Transparence des sauvegardes de fichiers

  7. -Grande rapidité avec la version 11 sur un iMac de 2009 avec SSD de 500 GO et 8 MO de RAM (ce n’est pas une config très «pro» en 2018…)



Ses seuls inconvénients sont :

  1. -Pas d’interface directe avec l’envoi d’emails

  2. -Pas d’interface avec Facebook ou Flick’r

  3. -Un prix relativement élevé : dans les 350€


Exemples de captures d’écran :




 

Développement des RAWs


La différence est sans appel : A gauche, Aperture (dernière version) et à droite Capture One Pro V. 11 (vous pouvez cliquer pour agrandir les images).



Autre exemple :




Le rattrapage des zones surexposées


C’est peut-être la capacité la plus extraordinaire de Capture One.
En voici un exemple sur une photo totalement ratée due à un déclenchement par erreur : aucun cadrage, aucun réglage, la vue typique pour la corbeille…

Ce cliché, nul !!, a été pris à 51200 ISO, au 1/800 et f:10. Typiquement un appui involontaire sur le déclencheur :



Après traitement de correction des hautes lumières et légère accentuation. Aucune autre correction vis-à-vis de la réduction du bruit des 51200 ISO.




N’est ce pas extraordinaire ?

Bien sûr, ces corrections extrêmes sont rares. Mais on mesure le potentiel de Capture One pour rattraper des situations impossibles ou désespérées.



 

Un logiciel extraordinaire