L’aventure Nikon

 

Un joli boitier…



L’histoire commence avec ce boitier.

Pour le moment, c’est très bien. Je n’ai pas encore fait de reportage avec…

J’ai juste peur qu’il prenne la pluie… Ou la poussière…


Alors je ne m’en sers que prudemment… Par exemple pour le mariage de ma fille… (photo Bruno Chenivesse, avec un D4…).










 

Principale amélioration : le contraste


Plus sérieusement, il m’a permis de faire mon nouveau livre sur la Louisiane et de nouveaux reportages au Québec, à New York et ailleurs.

Il marque un progrès sensible par rapport au D3S, surtout en matière de dynamique ou d’acceptation des grands contrastes. Le D4 encaisse des écarts de luminosité bien plus forts.

L’ergonomie a changé, avec des plus et quelques moins (pe. La sélection des méthodes de mise au point).

Le mode silencieux est excellent, je m’en sers souvent en concert.

L’illumination des commandes est très pratique.
Bref, un magnifique boitier !

Mais toujours la crainte de la casser…




A suivre


APRES LE D3S trop fragile, le D4…