Quand on est passionné de jazz, New York représente un summum. Les cabarets mythiques sont presque toujours en activité. Les nouveaux foisonnent. L’offre est immense chaque soir. Bien que l’envie fut grande d’aller au Village Vangard, à l’Apollo, au Blue Note, au Cotton Club ou d’autres encore dont les noms sont dans toutes les oreilles des amateurs, nous avons préféré découvrir un de ces lieux encore peu connus, révélateur de nouveaux talents.

Cette salle magique s’appelle le Smalls.

Elle se situe à deux pas du Village Vangard, en bordure de Greenwich Village.

Contrairement aux autres cabarets, la photo est permise et même encouragée (surtout si on on les met sur Facebook), les prix sont très raisonnables et les consommations aussi.

C’est le temple du talent et de la générosité réunies.

Nous y sommes allés le 27 avril 2014.

En premier set : Lezlie Harrison, vocalist, Saul Robin, Guitar.

En second set : Johny O'Neal, Paul Sikivie, Bass, Charles Goold, Drums

En troisième set : Ben Paterson, piano, Paul Sikivie, Bass, Charles Goold, Drums

Et bien sûr un bœuf pour les réunir.


Si vous allez à NYC, foncez y !


Depuis, le New York Times a beaucoup parlé d’eux, en particulier du concert de Johny O'Neal.




Matériel : Nikon D3S, zoom 14-24 mm f:2,8 et autres optiques Nikon f:2,8/180 mm, f:1,4/50 mm, f:2,8/105 mm, f:1,4/”5 mm.


 
Le Smalls