L’HABILITATION A DIRIGER DES RECHERCHES (HDR)

DE JEAN-LUC MICHEL EN LIGNE


La théorie distanciatrice est elle scientifique ?



 
 

LE TEXTE INTEGRAL DE L’HDR (en pdf)

LA THEORIE DISTANCIATRICE EST-ELLE SCIENTIFIQUE ? (texte de la présentation orale)

L’actualité de Karl Popper dans les sciences humaines et sociales…

La question des problématiques de recherche


Sommaire


I. Introduction générale


II. LA THEORIE DISTANCIATRICE en 1988


III. LA THEORIE DISTANCIATRICE en 1992


IV. LA PENSEE GRAPHIQUE


V. LA SURVISION


  1. VI.LES RESEAUX ET LA SOCIALISATION DES MICRO-POUVOIRS

Innovation technique vs Innovation sociale


VII. LA QUESTION DE L’IDENTITE AU CŒUR DES STRATEGIES DE COMMUNICATION


Conclusion GENERALE


Index 

Annexes

Table des matières

Liste des figures

COMMENTAIRE


Dans l’introduction de mon HDR, je m'amusai à donner mon interprétation du texte de 1984 sur les habilitations.

A l'époque, rien n'était précisé. Synthèse de travaux anciens ou travaux réellement originaux ?

Je décidai de faire les deux en montrant la force de l'ancrage et sa fécondité grâce à laquelle de nombreux articles sur beaucoup de sujets différents virent le jour en quatre ans. Comme indiqué dans un autre commentaire, ma thèse Les médias et la vie sociale, soutenue en 1988 faisait un peu plus de 2600 pages et était «calibrée» comme une ancienne thèse d'État.

C'est au cours de ma soutenance que je compris que l'habilitation était surtout une occasion de démolir des travaux selon un jeu ritualisé et gratuit. Comme j'avais choisi d'affirmer ma «théorie» sans en renier une ligne, rien d'étonnant à ce que je ne pusse créer ensuite le moindre centre de recherche sur la distanciation, une bonne partie de la «communauté scientifique» refusant une approche, jugée trop «libérale», au sens ou la théorie distanciatrice laisse toute sa liberté à l'acteur ! Nous étions en plein post marxisme et le déterminisme sociétal était la pierre angulaire de la pensée sociologique et communicationnelle. Les esprits n’étaient pas préparés à cette approche trop a-déterministe. La pensée de Pierre Bourdieu régnait sans partage.

Ce qui est ennuyeux, c’est que 30 ans plus tard, ils ne le sont guère davantage. Certes, la situation a évolué mais les pesanteurs idéologiques restent présentes pour qui sait les déceler, d’où l’appel du départ à l’étranger pour beaucoup d’esprits libres


A noter que tout ce qui était dit concernant la «Télématique et la socialisation des micro-pouvoirs» préfigurait très exactement ce que l’on a appelé vingt ans plus tard les «Réseaux sociaux».


D’où cette question difficile : devrais-je rééditer mon livre sur la distanciation en pariant sur des esprits plus ouverts aujourd’hui ?



JLM


NOTE SUR LA PRESENTATION DE LA THESE


Ma thèse a été rédigé le logiciel Microsoft Word, version 3 !

Lors des transferts depuis 1988, certaines caractéristiques typographiques ou de mise en page ont été altérées.

J’ai voulu néanmoins conserver au maximum la fidélité à la version imprimée selon les critères de l’époque censés garantir une bonne lisibilité.

De plus, l’usage du Macintosh, à l’époque outil extraordinaire, a peut-être favorisé une certaine propension à des enrichissement typographiques quelque peu exagérés…

DESCRIPTIF


217 pages, 60 pages d’annexes, 65 figures et tableaux.


Soutenance le 12 décembre 1992 à l'Université Paris 7 Jussieu

Prérapporteurs : M. Jean Devèze (directeur), M. Pierre Fougeyrollas, M. Pierre Moeglin, professeurs.

Jury : MM. Jean Devèze, Robert Estivals, Pierre Fougeyrollas, Michael Palmer, Jean-François Tétu, professeurs en SIC.


La soutenance dura environ trois heures. Comme j’avais prévu que ce ne serait pas une partie de plaisir (!), il n’y avait aucun invité à l’exception de mon épouse et de Gilbert Argoud, doyen de la faculté de Lettre, Langues et Sciences humaines de Saint-Etienne qui m’avait débauché d’Angers pour venir monter un département de sciences de la communication et une maîtrise des Sciences et Techniques. Il m’avoua qu’il n’avait jamais rien connu de pareil, dans le genre tatillon et cruel…





Ci-contre, Pierre Fougeyrollas.